InnovRim, accélérateur de transformations…

0
287
Un système d’arrosage © InnovRim

InnovRim est une association mauritanienne impliquée dans le domaine de l’innovation, des nouvelles technologies et du développement durable. Son but, contribuer à l’éclosion des talents, la création d’emplois et l’insertion des jeunes dans ces créneaux porteurs… 

InnovRim a été créée pendant le forum InnovAfrica (2014 à Lomé, Togo). Le noyau dur de l’équipe est constitué d’ingénieurs, d’étudiants et de techniciens en informatique, télécoms et électromécaniques, etc. Cette équipe s’est donnée pour  mission  d’élaborer des programmes innovants basés sur les nouvelles technologies et le développement durable qui sont par la suite déclinés sous la forme d’activités et « travaux pratiques » de recyclage des ordinateurs (Jerry CLan), de prototypages (Fabrication des fours solaires, arrosage automatique etc…), de formation sur les nouvelles technologies, d’initiation à la programmation aux enfants ou d’atelier de fabrication des ordinateurs à la base de récupération.

Deux entités majeures

InnovRim est constitué de deux entités : « Sahel Fablab »,  qui est le  premier Fablab mauritanien (Les Fablab sont un réseau international de Laboratoire de fabrication numérique  réalisant des projets innovant et favorisant le partage de compétence dans le domaine des NTics, du recyclage et du bricolage),  et « Femmes & Tics Mauritanie »  qui est la branche du réseau  francophone  « Femmes & Tics » existant dans plusieurs pays d’Afrique (Mauritanie, Benin, Burkina Faso, Côte d’ivoire, Gabon, Niger, Sénégal, Tchad, et Togo) et qui permet aux femmes d’accéder  aux connaissances nécessaires afin de s’approprier l’usage des NTics.

Atelier d’initiation à la programmation et aux NTICs aux enfants © InnovRim

Des alliés incontournables

L’Association InnovRim a fait des nouvelles technologies de l’Information et de la Communication (NTIC), de l’intégration du genre (groupes de femmes et jeunes) et de la formation de « Comités de recherche et d’innovation », des alliés incontournables. Grâce à son « groupe Femme & Tic RIM »,  elle a  assuré, en avril 2015, en marge de la célébration de la journée internationale des jeunes dans le secteur des NTICs, la formation d’une quinzaine de jeunes filles aux NTICs. Et il n’entend pas s’arrêter à cette action selon sa Présidente, Diara Sylla : « Pour 2016, nous avons également formé 30 jeunes filles. Cette formation a démarré le 15 Mars, après une pause pendant le mois de ramadan, elle a redémarré en mi-juillet jusqu’au 10 Août 2016. »

Manque d’équipements et de financements

Riche du savoir-faire pratique et cumulé de son équipe, l’association envisage de conduire lentement mais sûrement le transfert d’expériences de développement de technologies exemplaires mises en œuvre dans des zones et/ou pays en développement en vue de les dupliquer et diffuser, réaliser et suivre en Mauritanie à travers des projets de recherche et des opérations d’appui technique dans un cadre de développement concerté. Une mission pas toujours facile…et souvent freinée dès le départ par des difficultés : « Nous déplorons un manque d’équipements et de financements pour le démarrage ou la finalisation de certains projets », estime la présidente du Réseau.

Yacoub Fofana


3 questions à…Diara Sylla, ingénieure en télécommunication, présidente de l’association InnovRim et co-fondatrice de Sahel Fablab

                         Diarra Sylla, présidente de l’association InnovRim

Comment vous est venue l’idée de créer en Mauritanie une «entreprise sociale» entièrement vouée à l’innovation technologique et le développement durable ?

Passionnée de l’innovation technologique et du travail collaboratif, j’ai eu à fréquenter un FABLAB au Sénégal; et c’est là que je me suis rendue compte que ce genre d’activités liées à la technologie et au monde d’aujourd’hui, manquent fortement dans les programmes scolaires, les jeunes ne possèdent pas suffisamment de compétences locales. Ceci m’a poussé à me lancer dans cette nouvelle aventure. Puis l’idée m’es venue de le transposer au niveau de la Mauritanie pour le faire bénéficier aux jeunes mauritaniens chômeurs et  aux étudiants…leur donner envie de fréquenter un FABLAB, qui est aussi un lieu d’échange et de partage d’idées par excellence.

Quelle est votre ambition à travers la mise en place du premier FabLab en Mauritanie ?

Notre ambition est d’encourager d’abord la créativité en favorisant l’échange entre les membres.  Il s’agit aussi d’offrir une alternative, autre que l’immigration ou le chômage et l’inactivité, aux jeunes pour s’investir dans des projets à forte valeur ajoutée sociale et économique. Enfin, c’est de permettre aux jeunes, les autoentrepreneurs, les chômeurs ou les retraités de rompre avec l’isolement en rejoignant une équipe conviviale dans un cadre accueillant et collaboratif.

Que représente l’apport des nouvelles technologies en matière d’environnement et d’énergies renouvelables surtout en milieu rural ?

Notre apport est pour l’instant modeste. Nous avons expérimenté un système d’irrigation qui utilise les nouvelles technologies. Ce système apporte de réelles opportunités en matière d’environnement et d’énergies renouvelables. Le système fonctionne grâce à l’énergie solaire, ce qui le rend écologique. Il utilise l’énergie solaire et les eaux de pluies. Il est « intelligent » et économe grâce à une irrigation programmée et au juste besoin.

Propos recueillis par Yacoub Fofana