Michel Sylvestre, Président de Tasiast Mauritanie Limited SA & Vice-président régional de Kinross Afrique

0
248
Michel sylvestre, Président de Tasiast & Vice-président régional de Kinross Afrique
                      Michel sylvestre, Président de Tasiast & Vice-président régional de Kinross Afrique

Nommé en janvier 2015 à la tête de Kinross Afrique, Michael Sylvestre est arrivé…à un mauvais tournant pour l’entreprise, marqué par la chute vertigineuse des cours de l’or.

Si Patrick Hickey, son prédécesseur à ce poste, a fait des effets d’annonces réussis et savamment distillés dans la presse locale et internationale, comme le projet d’extension de la mine de Tasiast, qui permettra de créer de nouveaux emplois et générer des retombées économiques considérables pour la Mauritanie. Ce qui fera de la société un actif minier de renommée internationale et le pilier de la croissance de Kinross pour les années à venir.
Michael sylvestre n’a quant à lui fait depuis son arrivée que de mauvaises annonces et des mesures drastiques de réduction des dépenses et des facteurs de production ou de compression du personnel. L’entreprise a licencié près de 250 employés.

Dans son portrait dressé par le Magazine Kinross World, en février 2015, l’homme se décrit pourtant comme quelqu’un de «Patient», «Appliqué» et «Engagé». En tout cas, il n’aura pas été assez « patient » vis-à-vis de son personnel mauritanien, mais plutôt «engagé» à faire appliquer cette « culture du haut rendement» et de la «rentabilité» immédiate de la société. Et contrairement à ce qu’il prétend : « avoir appris beaucoup en travaillant au contact d’autres cultures ». L’on doute fort qu’il ait « compris », depuis sa « retraite dorée» dans les îles Canaries (siège de Kinross Afrique), une once de bon sens de ce que veulent «ces travailleurs» mauritaniens licenciés, à savoir « Simplement mener une vie agréable et prendre soin de leur famille».

Dans une récente lettre-réponse laconique a des leaders politiques mauritaniens, qui demandait au géant minier canadien de faire la lumière sur des faits présumés de corruption, imputables à sa filiale, Tasiast Mauritanie Limited SA, le Président de TLMSA, a refuté ces allégations. Selon lui, ces leaders politiques seraient plutôt « mal informés » sur ces cas de «possibles malversations commises par Kinross dans le cadre de ses activités en Mauritanie».

Dianifaba