Banque Populaire de Mauritanie (BPM) : La mue continue

0
475

Née à la suite de l’extension de l’agrément de la Mauritanie Leasing (ML), la BPM ambitionne de soutenir, pour la période 2015-2018, une soixantaine de projets dans les secteurs d’activité liés à l’industrie, les mines, la pêche, le commerce ou le transport…

Le siège de la BPM à Nouakchott © Crédits photos C. Sakhanokho – Afrik TANDEM Médias
Le siège de la BPM à Nouakchott © Crédits photos C. Sakhanokho – Afrik TANDEM Médias

Depuis plusieurs mois déjà les ouvriers n’arrêtaient pas de badigeonner et faire les derniers lissages de la façade du bâtiment abritant le siège de la BPM. Exit le bleu de ML, bienvenue au vert et blanc de la BPM ! Un changement et une évolution importante d’un holding familial vers les produits et opérations bancaires respectant les principes de la finance islamique. Une banque « islamique » parmi tant d’autres qui ont commencé à foisonner à partir de 2011. Son promoteur, Limam Ould Ebnou justifiait (à un hebdomadaire international) la création de cette entité par une volonté de « diversifier » ses activités, mais aussi par une « aversion de la population au principe de l’intérêt. C’est pour cela que nous créons une banque islamique».

L’héritage de ML

Pour évoluer dans ce nouveau créneau, la BPM a un seul atout :  l’héritage de ML qu’elle a sans doute su capitaliser et adapter aux produits et opérations islamiques en matière de dépôt, financement et d’investissements participatifs. Pendant près de quinze ans ML était la seule compagnie de leasing évoluant en Mauritanie à soutenir l’acquisition et le renouvellement par les des PME/PMI de leurs moyens et outillages de production. Elle réalisait une vingtaine de millions de dollars de chiffre d’affaires annuel. La BPM saura-t-elle réaliser la même performance ? En tous cas, la base clientèle est identique à celle de ML. D’autant plus que deux ans après le démarrage officiel de son activité, les PME/PMI constituent quasiment 63% du portefeuille de crédit de la banque, dans un secteur où elle revendique une part de 23% du marché total du crédit à moyen et long termes consenti aux PME/PMI mauritaniennes.

Se remettre à flot financièrement

Pour cette banque qui a entamé en deux ans son expansion, grâce à l’ouverture de ses premières agences à Nouakchott (ou elle compte une dizaine d’agences) mais également à l’intérieur du pays (4 agences), la priorité est toujours à l’accompagnement de sa branche leasing et le soutien aux PME. Ainsi, pour la période 2015-2018 elle a fait une levée de fonds de 30 millions de dollars USD en vue soutenir une soixantaine de projets dans les secteurs d’activité lies à l’industrie, les mines, la pêche, le commerce ou le transport. Pour l’heure, seule une partie a été déjà pu être mobilisée du côté de ses partenaires traditionnels, en l’occurrence la Banque africaine de développement(BAD). Depuis fin mai 2016, la BPM a bénéficié d’une ligne de crédit de 7 millions de dollars USD auprès de cette institution.  Une enveloppe modique certes, mais qui permettra à la banque du groupe « LOE » de se remettre à flot.

Moussa Fofana