Contrebande de carburants : Un marché noir en effervescence

0
266

pompe-2 Notre confrère Le Rénovateur s’est intéressé dans sa livraison du 23 octobre aux marchés parallèles de la vente de carburants. Le quotidien nous apprend que certains de ces points de vente qui ont pignons sur rues dans les quartiers populaires de Basra, Ryad, El Mina ou Arafat avaient pourtant fait l’objet de fermeture par les pouvoirs publics en 2015. Mais, depuis quelques mois, les tenants de ces échoppes semblent avoir repris du service.
Le litre de gasoil est vendu à des « prix cassés », défiant toutes concurrences des stations-services agréés (la différence de prix est de 100 à 150 ouguiyas), ces carburants pourtant de mauvaise qualité seraient très prisés par certains « chauffeurs de taxis » et même des « propriétaires de stations-services » qui « rachètent les stocks exposés en plein air pour les revendre à la pompe », à en croire le journaliste qui a mené l’enquête. Aucune statistique n’est disponible sur le nombre de points de vente de carburants de contrebande ni sur le manque à gagner occasionné par ce phénomène pour les stations-services agréés. Affaire à suivre.

Sidi N’Diaye