Industries Extractives en Mauritanie : Le Rapport 2014 de la CNITIE

0
220

petrole-gabon118, 179 milliards  UM ( soit environ 335 millions USD), c’est le montant global des recettes générées par les ressources extractives (fer, pétrole, gaz, etc.) pour la Mauritanie, selon le rapport 2014 du Comité National de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (CNITIE) rendu public fin août. Les chiffres de ce rapport sont plutôt éloquents, selon les contributeurs : « les revenus du secteur minier encaissés directement par le trésor l’élèvent à 94,817 milliards d’ouguiyas. La Société Nationale Industrielle et Minière (SNIM) est principale contributrice, grâce à une enveloppe de 71,994 milliards d’ouguiyas, soit environ 285 millions de dollars us (…) Les ressources versées dans le Fonds National de Revenus des Hydrocarbures(FNRH) ont atteint 22,723 milliards d’ouguiyas, soit 75 millions de dollars us ». Des chiffres auxquels viennent se greffer, le montant de 639 millions d’ouguiyas (environ 2 millions USD) au titre de paiements  des charges sociales obligatoires et volontaires.

La Mauritanie a fait acte d’adhésion à l’Initiatives de transparence sur les industries extractives (ITIE) en 2005. Aucun rapport n’avait été produit entre 2010 et 2012. Mauvais élève, elle en avait alors été suspendue en février 2013 avant de réintégrer de nouveau la classe, avec la prétention d’afficher dorénavant une discipline de gestion « propre » et des chiffres « moins fantaisistes ».  Quelle bonne foi alors accorder à la qualité des informations et des chiffres contenus dans ce 10eme rapport du genre, concocté par un cabinet britannique ? Les analyses et avis des uns et des autres (les membres de la Société civile) sont plutôt mitigés.