Groupe Abdallahi Ould Noueiguedh (AON) : Une affaire contrariée…plusieurs autres conclues

0
971
M. Mohamed Lemine Ould Noueiguedh, Pdt du C.A. des Moulins de Taiba (Guinée-Conakry), prononçant le discours inaugural de cette Unité.
M. Mohamed Lemine Ould Noueiguedh, Pdt du C.A. des Moulins de Taiba (Guinée-Conakry), prononçant le discours inaugural de cette Unité.

Après une timide tentative avortée d’acquisition de la Banque de l’Habitat du Mali (une banque publique), le Groupe Abdallahi Ould Noueiguedh (AON), l’un des premiers groupes mauritaniens, qui détient plusieurs sociétés au Maroc, est entrain de réussir sa grande offensive dans la sous-région ouest-africaine.

Au plus fort de la crise ivoirienne, le groupe était parvenu à remporter, à travers sa filiale dédiée au BTP – l’Entreprise de Bâtiment, Travaux et Routes (EBTR) – un marché de 06 milliards de FCFA (environ 3,212 milliards UM) destiné à l’aménagement et la restauration de la baie de Cocody (Ndlr : en juillet 2010, le P-DG de la Banque Nationale de Mauritanie, Mohamed Ould Noueigued, aurait même été reçu par l’ex-président Gbagbo). Créée en 1992, EBTR avait auparavant remporté plusieurs marchés de sous-traitance de travaux au Sénégal.

La Guinée, terre de  prédilection du Groupe 

Mais c’est surtout en République de Guinée que le groupe AON s’est investi le plus ces dernières années, à travers notamment trois importantes opérations. D’abord dans le secteur de la pêche, avec l’acquisition, il y a cinq ans, d’une ancienne société publique guinéenne, Soguipêche, rebaptisée la Nouvelle Soguipêche. L’accord de reprise de cette entreprise avec le gouvernement guinéen prévoyait un investissement prévisionnel de 08 millions de dollars que le Groupe AON devrait réaliser. Ensuite ce fût, la création d’une nouvelle société dans la minoterie, « les Grands Moulins de Taiba », d’un coût d’investissement global de 150 milliards de francs guinéens (environ 6,4 milliards UM), inaugurée en février 2014. Derniers investissements réalisés par le groupe en Guinée :  il s’agit de la Banque Nationale de Guinée (BNG), une filiale de la Banque Nationale de Mauritanie (BNM), qui a ouvert ses portes à Conakry, en décembre 2014. Au cours de la meme année, AON fera  la reprise de la Centrale thermique de Tombo, rebaptisée la Centrale thermique de Kaloum. Le montant de cette dernière acquisition du groupe n’a jamais été dévoilé. AON, qui est décidément loin d’avoir épuisé son portefeuille d’acquisition et d’investissements dans ce pays, garde aussi un pied au Sénégal, en Gambie et en Guinée-Bissau,  notamment dans le domaine des hydrocarbures et de la commercialisation du poisson. Il ne cache également pas ses ambitions de pénétrer les marchés d’autres pays d’Afrique de l’Ouest et centrale.

Astou Diallo