Sidi Diarra, Député-maire de Rosso

0
316

Grand mécène multi-millionnaire lors de la grande inondation qui a frappé la ville de Rosso, en août 2009, sidi Diarra était déjà une personnalité assez populaire dans le microcosme social de cette ville, avant de briguer un poste électif !

Polyglotte parlant le hassaniya, le wolof, le pulaar, l’arabe, le français,
l’anglais…et le mandarin, le maire de Rosso, réputé être un bon «scrabbleur», n’en est pas moins un mauvais politicien !  Jeune loup en politique certes, il déclare pourtant avoir beaucoup appris au contact de son mentor et président du parti El wiam, Boidiel Ould Houmeid. Un apprentissage qui lui a permis, lors du dernier scrutin municipal, en 2013, de battre son rival Bamba Ould Daramane, protégé du sénateur de la région, Mohcen Ould Hadj.

Élu Député-maire, il s’engage alors à apporter un nouveau souffle à cette ville et de faire de la municipalité un moteur du développement. Mais, trois ans après, il ne cache pas ses désillusions face à la « démission », « l’absence » ou la « passivité » de l’État et sa politique défavorable au développement des communes. « Une commune à elle seule ne peut rien faire sans une vraie politique de décentralisation alliant transfert de compétences et transferts de moyens » confie-t-il a un journal de la place.

Une déception accentuée surtout en  avril 2015 par la crise par « conseillères interposées » avec le sénateur Mohcen,  qui a paralysé et tenu en haleine pendant une année toute une ville et son conseil municipal. Une crise, au bout du compte, qui n’a fait qu’accroitre la popularité de Monsieur le Député-maire. Contraint de démissionner de la Mairie, il se résoudra finalement à rester …puisque son parti le veut. Lui aussi. Re-motivé à bloc et déterminé plus que jamais à servir une ville qu’il aime.